Citer des mots

Porteur du projet

Nom : Dion

Prénom : Céline

Organisme : Écrivain·e·s de la Sagamie

Membres de l'équipe
  • Céline Dion

  • Lettres et édition
  • Médiation culturelle

Diffuser sur diverses surfaces des centres-villes (murs, sol, etc.) des citations d'auteur·e·s du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le site www.litteraturesagamie.com servira de plateforme et contiendra toute l'information nécessaire pour alimenter les projections. La nouvelle application créée donnera aux écrivains la possibilité d'exprimer toute leur créativité.

Description du projet
Origine du projet :

En écho au circuit littéraire nouvellement démantelé, inscrire la littérature comme discipline artistique dans le paysage urbain régional dans le but de mettre en valeur les écrivain·e·s, actuel·le·s et à venir, par leurs écrits en utilisant les ressources du numérique (base de données accessible et transformable, interactivité, application, projections).

Réponse du projet face à la problématique vécue :

Ce projet de tracé littéraire numérique dans le paysage urbain permettra de faire rayonner les écrivain·e·s de la Sagamie ainsi que leurs œuvres dans les principales villes de la région 02. De plus, grâce à la souplesse de l'application à développer, il sera possible de varier le contenu projeté selon les saisons, les thématiques et les projets de création qui pourront émerger au fil du temps. Le numérique fera apparaître du contenu littéraire là où on ne s'y attend pas et proposera dans l'espace public ce que l'on ferait en privé: lire. En outre, il permettra d'accéder facilement à un complément d'information (via un code QR) que le spectateur pourra consulter avec son portable ou sa tablette pour avoir éventuellement plus de détails sur l'œuvre, sur le projet en cours ou lire un sommaire biographique de l'auteur. Ainsi, il pose la littérature en spectacle, il impose des mots plutôt que des images et, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, il propose une nouvelle façon, dynamique et interactive, de présenter la chose littéraire. À notre connaissance, ce procédé n'est pas encore visible dans la région. Nous n'avons pas vu de projets semblables au Moulin à images de Robert Lepage présenté à Québec en 2008 ou Au cœur de la cité mémoire de Michel Lemieux en cours à Montréal. Cela donne donc au projet un certain caractère innovant qui rend plus séduisante la littérature en la présentant sous forme de clips, de fragments poétiques, de citations littéraires. Notre projet n'envisage pas de projeter le passé en images, mais plutôt la parole des écrivain·e·s d'ici, là où on ne s'attend pas à la lire: dans les lieux que pourtant ils habitent et qu'ils peuvent ainsi «animer».
C'est donc dans cette volonté de re/donner à la littérature— cette discipline qui se pratique en solitaire autant dans l'écriture que dans la lecture — une place concrète dans l'espace public et la donner à voir et à partager à la collectivité qu'est né ce projet. Bien entendu, ce projet répond aussi à notre souci constant de sauvegarder ce patrimoine «immatériel» que sont notre littérature, nos écrits, nos mots, nos auteur·e·s de la région en usant de moyens numériques pour y parvenir. Non seulement il fera place au passé au début de son installation en exposant des textes déjà faits et en commémorant un circuit naguère réalisé, mais le dispositif que nous mettrons en place permettra de renforcer le présent littéraire et d'ouvrir le futur sur des espaces de création individuelle et collective, en privilégiant notamment la forme brève, par des appels de texte, des concours, etc.

Outils technologiques utilisés :

Il existe certainement plusieurs façons d'arriver à nos fins. Nous avons déjà une plateforme qui consigne toute l'information et facilite les mises à jour nécessaires. Il s'agira, dans un premier temps, de trouver ou développer une application permettant de faire le lien avec ce site, par un hyperlien ou via un code QR permettant au public d'avoir accès à toute l'information souhaitée lorsque une personne passe devant la projection (ou encore faire que la projection ne s'anime que lorsque cette personne avec l'application téléchargée passe devant le lieu qu'elle occupe).
Il s'agira de trouver la meilleure façon de mettre ce projet en œuvre, d'en évaluer la faisabilité, les limites, les embuches, élaborer son plan d'action, obtenir les autorisations, d'alimenter les projecteurs qui seront fixés à des endroits stratégiques pour la diffusion extérieure; déterminer et acquérir certains équipements, les programmer, les installer, les protéger, les mettre en marche et les modifier, au besoin.

Collaboration dans le projet :

Nous le souhaitons ardemment. Tout projet exige une certaine démarche collaborative, ne serait-ce qu'avec son propre milieu, ici les écrivain·e·s, les éditeurs, les diffuseurs que sont les bibliothèques et les librairies indépendantes. On ne peut pas imaginer d'implanter un tel projet dans la cité sans la collaboration des centres-ville de la région, lieu même du déploiement du projet. Si l'idée même de ce projet est retenue, nous aurons recours bien évidemment à des spécialistes informatiques en programmation dont la collaboration est essentielle dès les débuts de la réalisation du projet; participation à la conception, proposition de développement et de formatage. Nous aurons recours également à un graphiste pour la forme visuelle que cela va prendre. Une fois le projet implanté dans le paysage urbain, nous nous efforcerons, comme notre organisation l'a toujours fait, d'impliquer ultérieurement d'autres acteurs du milieu culturel: le projet énoncé ici n'est en effet que le germe d'une manifestation artistique beaucoup plus élaborée, par exemple si l'on ajoutait du son aux textes (lecture des fragments par des comédiens; traduction en anglais des fragments; ajout de segments musicaux), ou encore de l'image aux textes (illustration des fragments écrits par des artistes visuels ou des photographes), etc.

Transférabilité du projet :

Un journal de bord tenu périodiquement pourrait être diffusé en fragments dans le blogue «Actualité» du site Littérature de la Sagamie, et relayé sur une page Facebook spécifique portant le nom du projet. Une façon d'archiver le processus même d'incubation. Selon l'état d'avancement du projet, une présentation devant public peut même être envisagée afin de recevoir des questions, relancer la réflexion, voire trouver des solutions à des problèmes rencontrés, entre autres.